En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies qui nous permettent de vous proposer une navigation optimale et de mesurer l'audience du site.
En cliquant sur refuser, le site vous sera accessible mais vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site.

Les actions de contrôle et de surveillance



Des ressources contrôlées et surveillées, en continue
 

L’eau mobilisée par le Réseau Hydraulique Régional fait l’objet de nombreux contrôles, à plusieurs niveaux, réalisés par des organismes indépendants :


Suivi général au niveau général du bassin rhodanien 

Le suivi précis de la qualité des eaux du Rhône est assuré par l’Agence de l’Eau RMC, la DREAL du bassin Rhône/Méditerranée et l’ONEMA. Ce dispositif répond à la Directive européenne 2000/60/CE (DCE) qui impose aux états membre la mise en place de programmes de surveillance des milieux aquatiques.

Ses résultats sont consultables sur le portail internet rhone-mediterranee  "Eau France".


Contrôle sanitaire règlementaire et autocontrôle BRLE : plus de 350 analyses chaque année

La surveillance de la qualité de l'eau distribuée par le Réseau Hydraulique Régional bénéficie d'un double contrôle:
  • des analyses réalisées dans le cadre du suivi sanitaire règlementaire concernant l'eau brute destinée à être potabilisée et l'eau potable. Que ce soit pour la partie du Réseau alimentée par le Rhône, ou pour celles alimentées par l’Orb ou par d'autres ressources souterraines ou superficielles, le contrôle sanitaire s’effectue sous l’entière responsabilité des délégations territoriales de l’Agence Régionale de Santé qui en confient l’exécution à des laboratoires agréés.
  • un programme d'autocontrôle complémentaire, qui concerne l'ensemble des ressources mobilisées, et qui est réalisé, selon le principe de précaution, à la demande de BRLEpar des laboratoires indépendants certifiés COFRAC.

Ce suivi représente au total plus de 350 analyses/an, dont  au moins 120 sur l’eau brute.

Il  porte au total sur 800 paramètres, dont environ 150 produits phytosanitaires et plusieurs dizaines d'autres micropolluants organiques.

Les synthèse annuelles des analyses réalisées pour les ressources Rhône et Orb sont téléchargeables  ci dessous
 
Ressource Rhône : Synthèse des analyses 2019 / Texte / Tableau

Ressource Orb​ : Synthèse des analyses 2019 / Texte / Tableau
 

Les résultats des analyses d'eau potable sont mis en ligne sur le site du Ministère de la Santé.


Mesures d'exploitation spécifiques et détecteurs permanents de pollution

Un régime d’astreinte, opérationnel 24H/24, une surveillance régulières (tournées) des ouvrages et une procédure interne de gestion de crise permettent à BRL Exploitation de réagir rapidement et de façon coordonnée en cas de situations extrêmes.

Des outils de détection des pollutions, de type biologique (truitomètres) ou physico-chimique  (sondes d'hydrocarbures..) permettent d'affiner en permanence ce suivi.

Les truitomètres sont des aquariums dans lesquels vivent des poissons très sensibles aux pollutions (truitelles ou vairons). Ils sont alimentés en circuit ouvert par l'eau brute du Réseau Hydraulique Régional et équipés d'un système de détection par ultrasons, analogue au principe du sonar.

L'analyse en continue de l'écho des ultrasons permet d'en déduire le niveau d'activité des poissons. Une pollution de l'eau a pour conséquence l'arrêt ou la diminution des mouvements des poissons.

En dessous d'un certain seuil de mouvement une alarme est automatiquement transmise au service d'astreinte de BRLE, ce qui déclenche, après vérification, une procédure d'alerte.

Les truitomètres viennent en complément des programmes réguliers d'analyses, pour détecter d'éventuelles pollutions en temps réel et prendre en compte des éléments qui ne seraient pas analysés ou un effet synergique de plusieurs substances.


LES STATIONS D'ALERTE

Le réseau hydraulique régional avait pour fonction originelle d’irriguer les terres agricoles comprises entre Nîmes et Montpellier. Avec le temps, l’augmentation de la population et du tourisme dans la région, la pression sur la ressource en eau souterraine s’est faite de plus en plus importante. Afin de limiter cet impact, il alimente aujourd’hui en eau brute venant du Rhône, un nombre important de stations de potabilisation.

Cette nouvelle utilisation de la ressource a nécessité la mise en place de stations de surveillance en différents points de nos canaux, ceci afin de suivre en temps réel la qualité de l’eau brute utilisée pour la production d’eau destinée à la consommation humaine.

Les stations d’alertes mesurent en continu les paramètres physico chimique et biologique de l’eau. Elles sont positionnées en amont des prises d’eau alimentant les usines afin de permettre aux agents de réagir lors d’éventuelles alertes. Ils ont alors la possibilité d’ajuster les filières de traitements en conséquence, pouvant même décider d’arrêter temporairement la production et la distribution d’eau destinée à la consommation humaine. Il en est de même pour la distribution d’eau brute destinée à l’irrigation.

Des analyseurs en continu sont également présents en entrée des usines de potabilisation.

Elles peuvent être de 2 types :

- Physico-chimique, elles mesurent a l’aide de capteurs electroniques la qualité de l’eau (pH mètre, analyseur d’oxygène dissous, …)
- Biologique, elles mesurent les effets de l’eau sur un organisme vivant (poissons)

Sur la ressource Rhône nous avons 10 stations d’alerte et 6 truitomètres. Pour la ressource Orb, nous avons une station d’alerte et un truitomètre

Station D4ALERTE